Le respect ne se demande pas, il s'impose !

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

MAIL OUVERT 

 

Chères membres du comité de suivi épidémiologique,

Pour éviter de perdre un temps de parole précieux lors de la prochaine réunion du CSE du 8 septembre prochain, nous tenions à faire les remarques préliminaires suivantes :

  • Le PV précédent n’ayant pas été validé par notre Collectif à cause de nombreuses omissions concernant nos interventions, il serait appréciable que le PV à venir reflète a minima l’esprit des différentes interventions des divers intervenants – ou qu’il n’y en ait pas (comme par le passé) afin que l’on ne puisse pas vous accuser de faire des PV mensongers
  • Depuis la réunion du 11 mars dernier, nous n’avons reçu aucune contribution d’aucune association membre de ce CSE
  • Depuis la réunion du 11 mars dernier, hormis les projets d’arrêté et de questionnaire, nous n’avons reçu aucun document relatif à l’étude proposée pour notre réintégration, pas plus que nous n’avons reçu des réponses à nos deux contributions (EVARIN I et II)
  • Nous aurons plusieurs questions courtes et précises qui exigeront des réponses pertinentes, il est acquis que nous les poserons au fur et à mesure du déroulé de la réunion

Enfin, il est inutile comme la dernière fois, de préciser en début de réunion que les échanges doivent être empreints de respect, c’est une requête dont aucun de vous n’est capable de réciprocité.

Au cours de cette réunion nous serons malheureusement la seule association apte et légitime à représenter les 25 000 donneurs HSH exclus, par voie de conséquences nous serons dignes de cette confiance accordée et de cette responsabilité qui nous incombe depuis notre création en 2009 et d’être les militants les plus acharnés, vigilants et compétents quant à notre réelle réintégration.

Les actions coercitives en amont et en aval de la réunion du 8 septembre prochain n’auront d’autre but que de vous faire comprendre l’objet du présent mail.

Au plaisir de vous retrouver, Mesdames.

Cordialement,
Frédérique Pecharman

Mail ouvert / réunion du 08/09/2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Chères et chers membres du comité de suivi épidémiologique,

Dans notre dernier communiqué de presse http://www.homodonneur.org/presse/communiques-de-presse/418-communique-de-presse-du-5-juillet-2021, nous avions exigés que soit tenu urgemment une réunion du comité.

Si l’on fait abstraction de votre notion de l’urgence (2 mois…), nous n’accepterons pas l’absence d’envoi des documents relatifs à cette réunion (ébauche aboutie de l’étude des risques individualisé à venir) ; et nous estimons, dans la mesure où SPF l’a déjà préparée, qu’elle soit transmise à tous dans les prochains jours.

Comme indiquée dans notre communiqué de presse, nous avons réalisé une action d’occupation pacifique qui s’est soldée par une expulsion manu militari via la BAC, sans qu’aucune plainte ne soit posée par le Président de l’EFS vis-à-vis de notre Collectif.

Nous sommes ainsi incités à frapper encore plus fort : ce qui sera fait, vous n’avez pas à en doutez un seul instant.

Rappel : à ce jour, nous sommes la seule association membre du comité qui s’exprime sur la procédure en cours de notre réintégration promise en 2022 ; est-ce que les autres associations membres du comité ne seraient représentées que par des personnes ouvertement désinvoltes et particulièrement incompétentes, ou bien tout simplement neurasthéniques ?

Nous avons hâte de les retrouver en septembre prochain, et d’écouter leurs arguments de fond…

Cordialement,
Frédéric Pecharman

Mail ouvert à l'ANSM du 04 juin 2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Objet : Votre proposition de réunion en visioconférence



Madame la Directrice générale de l’ANSM,

Nous évacuons tout d’abord la partie la plus futile de votre mail du 25 avril dernier relative à l’attitude que vous attendez de notre part.

Jamais nous n’avons tenu de propos discourtois lors de chaque réunion officielle avec les autorités sanitaires, dont vous faite partie ; par voie de conséquence votre exigence préalable de notre respect à l’endroit de qui que ce soit est frappée de nullité.

En revanche, nous revendiquons le ton de nos différents mail et communiqués de presse, l’invective de nos prises de parole publique et le caractère croissant de la coercition dans les actions que nous allons mener, si d’aventure vous deviez continuer à faire la sourde oreille.

Pour ce qui est de votre proposition de visioconférence, qu’il nous soit permis de poser les conditions non négociables qui suivent en vue de recevoir notre approbation pour y participer.

Et la première, consiste en la réponse officielle de l’ANSM à l’ensemble des points soulevés par notre projet EVARIN I.

Il va de soi que vous devez exiger des autres intervenants (DGS, SPF et EFS) qu’ils vous communiquent tous les éléments dont vous auriez besoin pour pouvoir nous répondre. Ceci fait partie de vos prérogatives légales en matière de sécurité sanitaire.

Nous profitons de ce mail ouvert pour vous envoyer, à vous et à tous les membres du Comité de suivi épidémiologique EVARIN II, complément très succinct mais tout aussi important, qui attends le retour des personnes sollicitées.

Ensuite, et nous vous citons, puisque vous n’avez exprimé aucun argument contre le don de plaquettes viro atténuées des HSH (ni vous ni personne par ailleurs), nous exigeons que l’ANSM se positionne officiellement en faveur de notre réintégration avec les arguments qui seront les siens.

Nous ne supportons plus l’hypocrisie des blouses blanches qui ne sont pas contre, mais qui ne sont pas pour non plus ; tout comme les réunions pleines de belles paroles sans effets.

Si vous répondez favorablement à nos exigences, alors nous participerons volontiers à cette réunion dont il restera à établir de façon bilatérale l’ordre du jour, la durée, le jour et l’heure.

Enfin, l’annonce imminente de notre réintégration au don de plaquettes sera, pour nous comme pour les donneurs HSH que nous représentons, le gage de la part des autorités sanitaires de leur réelle volonté pour réintégrer les donneurs HSH au don du sang vers la mi-2022.

Sans ce gage, ce sera non seulement votre carrière qui sera malmenée par nos soins, mais aussi celles de l’ensemble des responsables des diverses agences sanitaires impliquées.

Cordialement,
Frédéric Pecharman

Projet EVARIN II

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Pour l’instant, aucune suite, aucune réponse n’a été donnée par les autorités sanitaires à notre Projet EVARIN I.

Pour autant, nous souhaitons apporter les éléments complémentaires qui suivent.

I) Enquête sur la sexualité des français

La dernière datant de 2006, il nous parait opportun de réitérer l’opération ne serait-ce que pour avoir des chiffres plus proches de la réalité d’aujourd’hui.

Dans le BEH du 2 avril 2020, il est notamment fait mention que seuls 2,26 % des hommes auraient eu des rapports sexuels entre hommes selon le BS  2016, alors que l’enquête de 2006 faisait mention de 4,1 % ; quant à l’enquête ERAS de 2017 elle fait mention du mono partenariat des HSH sur les 4 derniers mois, mais cette étude en ligne ne serait être représentative.

C’est pourquoi la prochaine enquête devra établir des données actuelles, fiables et robustes sur la réalité des vies des HSH, même si nous rappelons que l’intérêt doit se focaliser les donneurs HSH.

II) Application « Don de sang »

Nous avons deux remarques à formuler :

  • Tout d’abord, quand on est identifié comme un donneur HSH, les dates des prochains dons possibles de sang et de plaquettes sont affichées au 31/12/2999
  • Quant au test « Puis-je donner », quand la question « Avez-vous eu une relation sexuelle avec un partenaire masculin dans les 4 derniers mois » a pour réponse « Oui,1 », le test a pour réponse finale : « D’après les informations indiquées, vous pouvez donner votre sang »

Il est grand temps de rectifier ces bugs.

III) Problèmes lors de l’entretien pré-don des donneurs HSH

Nous avons déjà fait remontés des problèmes rencontrés par des donneurs HSH lors des entretiens pré-don, nous n’avons eu aucun retour, aucune réponse nous indiquant que le dernier problème allait être traité dans les prochains jours.

Nous proposons qu’une personne de l’EFS soit nommée pour être référente avec le Collectif HOMODONNEUR, qui assure la représentation des donneurs HSH, et d’assurer au mieux et au plus vite les éventuelles corrections qui s’imposent.

Une exclusion d’un donneur HSH, eût-elle été justifiée sur le plan règlementaire, ne saurait se passer d’un correct accueil et d’un réel respect à l’endroit dudit donneur.

Mail de l'ANSM du 25/05/2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Bonsoir,

Depuis le 26 avril dernier et votre lettre, vous nous avez interpellés à plusieurs reprises par différents voix, notamment sur le projet EVARIN.

Je tiens à vous partager que l'ANSM n'a jamais exprimé d'opposition au don de plaquettes inactivées pour les donneurs HSH.

Comme précisé dans notre courrier à votre attention en date du 10 mars dernier, ce sujet nécessite une analyse de risque et une réflexion collégiale associant l'ensemble des parties prenantes et notamment des experts virologues et des représentants de la DGS, de SPF, de l’EFS, du CTSA et d’un CNR. En effet, il n’y a pas eu à ce jour d’analyse de risque spécifique qu’il s’agisse de dons de plasma ou de plaquettes issus de donneurs HSH pour les produits issus du procédé Intercept.

Les critères de sélection des donneurs de sang étant fixés par arrêté du ministre chargé de la santé, la question du don de plaquettes inactivées pour les donneurs HSH doit ainsi faire l’objet de discussions similaires à celles conduites pour les autres produits sanguins labiles (PSL) avec l'ensemble des parties prenantes concernées. Ces discussions doivent s'inscrire dans le cadre de la réévaluation d'ores et déjà programmée des critères de sélections des donneurs de sang dans le contexte de l’ouverture au don de sang des HSH. La décision n'est pas du seul ressort de l’ANSM.

Néanmoins, il nous semble important que nous puissions en discuter ensemble dans un premier temps, c'est pourquoi je vous propose un échange par zoom, étant donné le contexte sanitaire, et ce dans les prochains jours si vous en êtes d'accord. Je souhaite que cet échange se déroule de manière apaisée, constructive et respectueuses des arguments de chacun. Les propos que nous avons pu lire récemment à l'encontre de l'ANSM n'auront pas leur place dans cette discussion.

Je vous remercie pour votre retour quant à cette proposition d'échange afin que nous puissions l'organiser.

Bien cordialement,

 

Dr Christelle RATIGNIER-CARBONNEIL

Directrice générale de l'ANSM