Bilan moral 2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans PV d'Assemblées Générales

Oser !

 

Entre la prise de conscience d’un dysfonctionnement dans la vie de la Cité, et l’action militante de création d’association à visée correctrice, surgit comme par nécessité cette révolte salutaire, cet élan de l’esprit à l’assaut des évidences qui illumine définitivement le visage des citoyens touchés par cette grâce jusqu’à l’irréfragable victoire.

Nous avons osé tout d’abord, avant même notre création, nous insurger contre notre exclusion qui ne posait strictement aucun problème aux associations d’homosexuels et de bisexuels, et qui permettait même à l’association nationale de lutte contre le SIDA de justifier ses besoins en subventions.

Nous avons osé ensuite, à seulement deux personnes, lancer la création de notre Collectif national en dépit de notre inexpérience militante et d’une indifférence quasi généralisée.

D’erreurs en échecs, de doutes en crises, de renoncements en impasses, nous avons osé surmonter l’ensemble de ce parcours chaotique, le plus souvent déroutant et occasionnellement nous réservant quelques oasis bénéfiques, pour en tirer l’apprentissage qui nous manquait.

Puis, 2021 est advenue, fière de nos acquisitions, forte de nos convictions, pour littéralement exploser chacun des puissants obstacles mis en place depuis des décennies, afin que personne n’ose remettre en cause ces barrières purement imaginaires quant à notre réintégration.

Nous avons su, par-dessus tout, oser envisager notre cheminement par l’emprunt de deux axes diamétralement opposés : aussi bien par la mise en place d’opérations mettant en avant notre générosité et notre responsabilité que par l’amplification de nos actions offensives, voire offensantes.

Aussi bien par la planification d’opérations en cas de réintégration totale ou partielle que par la préparation d’actions en cas d’échec.

Nous étions parés à toute éventualité : le pire n’étant pas certain, il restera toujours évitable.

L’objet même de la mission Taranis IV était justement de pousser dans ses derniers retranchements le président de l’EFS qui, rappelons-le, restait étonnement silencieux quant à l’hypothèse d’une requête en absence de sodomie comme condition de réintégration des donneurs homosexuels et bisexuels masculins au don de sang.

Et ce dernier, visiblement acculé, a littéralement perdu et les pédales et son sang-froid en nous lançant, tel le Général Tojo par une belle matinée de décembre 1941, une sournoise attaque sans déclaration de guerre préalable, en nous assignant en justice via une procédure scélérate.

Lui qui croyait réussir son Pearl Harbor la fleur au fusil a subi son Stalingrad en bouffant la poussière.

Nous aurions vraiment eu tort de nous enivrer des lauriers de cette bataille, nous avons ainsi maintenu la partie coercitive de nos Missions Taranis, et mis en place l’opération Gerboise pour bien faire comprendre que, sans réelle réintégration aux mêmes conditions que les autres donneurs, nous n’hésiterions pas une seconde à vitrifier l’ensemble des opposants au don du sang pour tous.

Point d’orgue de cette velléité, nous avons ainsi achevé cette année par une soirée particulièrement caliente où plusieurs limites ont été dynamitées les unes à la suite des autres, non seulement parce que nous avons osé réaliser une vidéo où notre cible était clairement identifiée, mais parce que nous avons, pour ainsi dire, osé oser. 

2021 marquera à tout jamais l’année où le Collectif HOMODONNEUR a atteint son point culminant  de crédibilité, en établissant un puissant rapport de force contre nos opposants et contre les décideurs politiques, médicaux et scientifiques.

Et, c’est hélas plus par la force que par la raison que 2022 aura enfin accepté qu’après des décennies, des donneurs de sang exclus jusqu’au 15 mars 2022 fassent à nouveau jaillir dans la joie de vivre qui leur est si particulière leur plus précieux fluide corporel à destination des personnes dans le besoin transfusionnel.

Authentique aventure humaine commencée il y a douze ans, nous avons gagné notre réintégration à la force de nos bras.

Par la force de nos convictions, à nous de faire en sorte qu’elle devienne définitive.

Et 2022, année dont aucun terme, aucun superlatif ne saurait parfaitement décrire en quoi elle sera plus qu’une année charnière, plus qu’une année capitale pour notre revendication, devra être l’année où nous devrons oser toutes les audaces, prendre tous les risques, déjouer tous les stratagèmes et par-dessus tout, rêver l’impossible.

Ce sera l’année où le Collectif sera amené à dépasser ses propres limites.

Ce sera l’année où nous devrons tout donner.

PV de l'AGO du 29 janvier 2022

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans PV d'Assemblées Générales

PROCES VERBAL DU :

Samedi 29 janvier 2022

HEURE DEBUT :

14h20

HEURE FIN :

15h40

MOYEN REUNION :

EDL 38 rue d’Aubuisson 31000 Toulouse

COMPTE RENDU ET DECISIONS :

-          Ouverture de la XXIème Assemblée Générale, Ordinaire à 14h20.

-          Collège électoral : 12 Membres Actifs

-          Corps électoral : 11 Membres Actifs présents ou représentés et ayant droit de vote 

Ø  7,11,12,40,58,69,70,75 et 77

Ø  62 représentée par 7.

Ø  76 représenté par 69

-          Radiation administrative (membres actifs n’ayant pas cotisés depuis 365 jours) :  

Ø  0

-          Lecture des bilans moral, d’activité et financier

-          Lecture du rapport du Vérificateur Du Bureau

-          Scrutin relatif à la validation du Bilan Moral : Adopté

-          Scrutin relatif à la validation du Bilan d’Activité : Adopté

-          Scrutin relatif à la validation du Bilan Financier : Adopté

-          Scrutin relatif à l’élection de Nicolas Ferry au poste de Vérificateur Du Bureau : Adopté

-          Scrutin relatif à la fixation de l’évolution du montant de la cotisation : Motion 1

MOTION 1 : Maintien

MOTION 2 : Hausse

MOTION 3 : Baisse

-          Scrutin relatif à la modification des Articles 1, 2 et 3 de l’A3 : Motion 1

MOTION 1 : Révocation

MOTION 2 : Suspension

-          Insertion d’office du terme « révocation » dans l’article 2 de l’A5 et révocation d’office du Membre Actif N° 62.

-          Le collège électoral est désormais de 11 Membres Actifs.

-          Scrutin relatif à la modification de l’Article 3 des Statuts : Motion 5

MOTION 1 : monogamie

MOTION 2 : dégradation

MOTION 3 : ayant, abstinence, intrusif

MOTION 4 : ayant, dégradation

MOTION 5 : ayant, réintégration définitive

Article 3 : But

Ce Collectif national de Donneurs de sang a pour quintuple but :
1) De représenter officiellement les 25 000 Donneurs de sang masculins ayant des relations homosexuelles,
2) De militer pour une réintégration définitive au don du sang pour tous aux mêmes conditions que les autres Donneurs,
3) De se positionner sur les thématiques transfusionnelles exclusivement,
4) D’assurer la promotion du don de sang sous toutes ses formes,
5) D’organiser des collectes de sang.

-          Scrutin relatif à la modification de l’Article 10 des Statuts : Adopté

Article 10 : Bureau

Le Bureau a pour but de fixer les objectifs du Collectif. 
Le Bureau  est l’organe Décisionnaire central du Collectif.
Le Bureau est l’organe exécutif de toutes les Décisions, qu’il réalise directement ou par délégation.
Il est force de proposition principale du Collectif, mais non exclusive.
Il est élu en Assemblée Générale parmi les Membres Actifs.
Il se compose au minimum et obligatoirement de deux personnes physiques distinctes : d’un Coordinateur, premier signataire et responsable pénal, civil et moral du Collectif, qui coordonne la vie associative en interne, et représente le Collectif auprès des tiers et dans tous les actes de la vie civile ; et d’un Secrétaire-Comptable, deuxième signataire et responsable administratif du Collectif, qui assure une parfaire communication entre tous les organes et membres du Collectif ainsi qu’avec les tiers.
Il se compose éventuellement d’Animateurs Régionaux, responsables d’Actions sur un lieu géographique déterminé , qui  assurent la bonne mise en œuvre des Actions avec les Membres Actifs et Sympathisants, ainsi qu’avec les tiers ; d’Animateurs de Commissions, responsables de propositions de leurs Commissions respectives, en étroite relation avec le Bureau, d’un Lecteur-Correcteur, responsable de la correction des documents du Collectif ; d’un Porte-Parole, responsable de la communication externe du Collectif ; d’un Webmaster, responsable de l’administration du site internet du Collectif et d’un Community Manager, responsable de la bonne gestion des réseaux sociaux du Collectif.

-          Scrutin relatif à la modification de la ligne stratégique de l’A1 : Motion 3

MOTION 1 : Radicalité

MOTION 2 : Non-violence + explications

MOTION 3 : Générosité et Responsabilité

-          Scrutin relatif à la validation d’une résolution : Rejeté

MOTION 1 : Némésis

MOTION 2 : Érinyes

En l’absence de motions alternatives, le scrutin s’arrête et aucune motion n’est adoptée.

-          Questions diverses :

Aucune

-          Scrutin relatif à l’élection de Thomas Damie au poste d’Animateur Communication : Adopté

-          Scrutin relatif à l’élection de Lucas Martin au poste d’Animateur Juridique : Adopté

-          Scrutin relatif à l’élection de Sabine Imbart au poste de Lectrice-Correctrice: Adopté

-          Scrutin relatif à l’élection de Benjamin Monestiez au poste de Porte-Parole : Adopté

-          Scrutin relatif à l’élection de Lucas Martin au poste de Secrétaire-Comptable : Adopté

-          Scrutin relatif à l’élection de Frédéric Pecharman au poste de Coordinateur : Adopté

-          Clôture de la XXIème Assemblée Générale, Ordinaire, à 15h40  .

                                                                                   

PV du 25 septembre 2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans PV d'Assemblées Générales

PROCES VERBAL DU : 25 septembre 2021

HEURE DEBUT :

14h00

HEURE FIN :

15h00

LIEU OU MOYEN DE REUNION :

EDL 38 rue d'Aubuisson 31000 Toulouse

TYPE DE REUNION :

AGE

NOMBRE DE PARTICIPANTS :

11

QUORUM ATTEINT :

Oui

COMPTE RENDU ET DECISIONS :

-          Ouverture de la XXème Assemblée Générale, Extraordinaire.

-          Membres Actifs présents ou représentés et ayant droit de vote (cotisation payée) :

·         7,11,12,40,58,62,69,70 et 75.

·         76 représenté par 69.

·         77 représenté par 7

-          Radiation administrative (membres actifs n’ayant pas cotisés depuis 365 jours) :  

·         61.

-          Suspension le temps de l’AG du membre actif  (unanimité du Bureau) : 

·         71.

-          Modification de l’Article 16 des Statuts : Modification des Textes de Droit Interne

Les modifications des termes dans l’article 16 des Statuts entrainent les modifications des mêmes termes dans les articles 17 et 18 des Statuts, dans les articles 5,8,9 et 12 du RI et les articles premier, 9, 10 et 11 de l’Annexe 5.

-          Insertion de l’Article 21 des Statuts : Sauvegarde

L’insertion de l’Article 21 des Statuts après l’Article 20 des Statuts entraine la modification ordinale de l’article qui suit, qui devient ainsi l’Article 22 des Statuts.

-          Modification de l’Article 22 des Statuts : Dissolution

-          Modification de l’Article 10 des Statuts : Bureau 

-          Modification de l’Article 11 des Statuts : Vérificateur du Bureau

-          Insertion de l’Article 11 du RI : Dissolution

(Sous réserve de l’insertion de l’article 21 des Statuts)

L’insertion de l’Article 11 du RI après l’Article 10 du RI entraine la modification ordinale des articles qui suivent, les articles 11 à 14 du RI devenant les articles 12 à 15 du RI.

-          Modification de l’Article 4 du RI : Bureau

(Sous réserve de la modification de l’Article 10 des Statuts)

-          Modification de l’Article 2 de L’Annexe 3 : Définition pour les votes

-          Modification de l’Article 3 de L’Annexe 3 : Modalités relatives à toutes les Réunions

-          Modification de l’Article 5 de L’Annexe 3 : Élections

-          Modification de l’Article 6 de L’Annexe 3 : Majorités requises pour les Décisions et pour les modifications de Textes de Droit Interne

-          Elections au Bureau (si candidatures aux postes non pourvus) :

·         Lucas Martin : élection au poste d’Animateur de la Commission Juridique, deux abstentions, neuf voix pour, élu à la majorité absolue.

-          Clôture de la XXème Assemblée Générale, Extraordinaire, à 15h00  .

Bilan Moral 2020

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans PV d'Assemblées Générales

L’art du surf

 

Contrairement à une idée répandue, le surf n’a pas été identifié pour la première fois dans les îles Sandwich par James Cook, mais bel et bien vers 1640, sur les côtes Ghanéennes. D’une certaine façon, l’Afrique ne s’est pas contentée d’être le berceau de l’Humanité : elle est, pour ainsi dire, la planche de salut sur laquelle la communauté humaine doit à nouveau réapprendre à marcher – en l’espèce, glisser serait le verbe plus approprié.

C’est qu’il faut remarquer qu’en cette année pandémique, cette activité physique a pris une envergure mondiale tant il est devenu vital pour chaque structure humaine de maîtriser à merveille cet art si particulier de pouvoir surfer entre les vagues avec la même dextérité que les esprits les plus aiguisés savent lire entre les lignes. Ainsi, d’une première vague – sidérante, en une deuxième – insupportable, nous vivons désormais dans l’anticipation d’une troisième en mêlant à nos angoisses les plus pressantes nos espoirs les plus fous.

A ce moment précis où la dix-neuvième année du troisième millénaire rend l’âme, le temps est venu pour nous de relater comment nous avons encore su et encore pu nous adapter à des conditions qu’aucun qualificatif ou qu’aucun superlatif ne parviendrait à rendre compte parfaitement.

Face aux insurmontables difficultés nous n’avons commis ni l’erreur de lancer notre frêle embarcation contre les éléments déchaînés, ni celle de rester tétanisés à quai : dans une gestion du risque qui s’est voulue acceptable – pour le moins raisonnée, nous avons su lancer en mode dégradé et décalé notre « Insurrection des Jacinthes » contre la mise en application effective de la ceinture de chasteté réduite de douze à quatre mois, réduction qui ne change rien dans les faits : l’exclusion restant la règle.

Cette opération qui devait s’effectuer initialement le deux avril, s’est finalement réalisée le douze juin en permettant et de maintenir intacte notre capacité militante, et d’amplifier la pression sur les autorités sanitaires par l’irremplaçable levier médiatique. En dénonçant l’hypocrisie gouvernementale sur le risque résiduel de transmission du VIH – acceptable lorsqu’elle engendre une contamination tous les deux ans par le sang hétérosexuel, inadmissible lorsqu’elle engendre une contamination tous les ans par le sang homosexuel, nous avons mis en demeure le ministre de la santé sur la restauration des dépistages post transfusionnels. Rien cependant ne semble arrêter l’édile ministériel qui préfère, à l’instar d’un malchanceux marcheur sur de crottés trottoirs, s’essuyer de façon frénétique les pieds sur le paillasson d’AIDES en psalmodiant sa litanie sécuritaire plutôt que de répondre aux vraies questions.

Par ailleurs, force est de constater que depuis plus d’une décennie l’ensemble des initiatives parlementaires visant à graver dans le marbre de la loi la fin de notre exclusion ont systématiquement été dépossédées de leur substances ; quels que soient les Gouvernements, quelles que soient les majorités. La conclusion qui s’impose est la suivante : ce n’est pas au travers de l’élaboration législative mais par le biais du contrôle parlementaire sur le gouvernement que le ministère de la santé finira par décréter notre réintégration. En ce sens, les questions écrites du sénateur Yves Daudigny et de la députée Sylvie Tolmont sur la reprise des dépistages post-transfusionnels ont inauguré l’ouverture d’un second front pour lequel nous appelons l’ensemble des parlementaires à leur emboîter le pas.

Quant au comité de suivi, sa mise en état de mort cérébrale par le Pr Salomon n’est qu’une manœuvre de plus dans le but de faire valider au forceps l’étude Complidon II qui se veut être la énième démonstration rigoureuse et scientifique des vertus de l’abstinence sexuelle.

Toutefois, habitués depuis notre création à vivre dans un milieu globalement indifférent à notre revendication et parfois sournoisement hostile – donc à une pression sélective,  nous sommes les plus à même d’extraire du pire des situations le meilleur de nous-mêmes en innovant dans nos actions militantes.

En date du dix-neuf septembre, l’occupation pacifique de la nouvelle maison du don de Toulouse quatre jours après son inauguration officielle a atteint l’ensemble de ses objectifs. Tout d’abord elle a signifié aux autorités sanitaires notre ferme détermination d’obtenir gain de cause en dépit de notre interpellation policière. Et leur refus de porter plainte contre nous est la manifestation de leur volonté de minorer la portée médiatique de chacune de nos opérations. Qui plus est, elle nous a permis d’enchaîner avec la mise en place de notre Mission Taranis – authentique guérilla militante, qui a posé son premier pas le cinq décembre dans la conquête de notre réintégration, en dénonçant de façon virulente tant l’irresponsabilité gouvernementale que la complicité associative à laquelle AIDES s’emploie sans vergogne.

Cette année écoulée n’a pas été uniquement l’année où nous avons su surfer entre des récifs périlleux d’une écumeuse barrière de corail, débarquer discrètement sur des plages désertées et lancer des opérations inattendues dans l’optique de renverser le rapport de force : 2020 a marqué notre prise de conscience que seule la contrainte de l’Etat français par une politique offensive nous permettra d’obtenir satisfaction.

Le commando de la générosité que nous sommes a tenu ses promesses, et l’avenir sera obligé de nous donner raison.

Motion du 30 janvier 2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans PV d'Assemblées Générales

Motion de l’Assemblée Générale Ordinaire du 30 janvier 2021

Le Collectif HOMODONNEUR tient à préciser ses positions relatives à certains critères d’exclusion du don de sang, positions révisables sur la base d’éléments qui nous seraient communiqués à la suite de la publication de cette motion.

 

Transfusés :

L’exclusion des personnes transfusées depuis septembre 1997 est basée sur le principe de précaution.

Certes, une personne transfusée par plusieurs produits sanguins a statistiquement plus de chance d’être contaminée par un agent émergent en cours d’incubation qu’une personne non transfusée.

Cependant exclure des personnes à cause d’une présomption de contamination d’un agent pathogène qui n’existe pas encore relève pour nous d’un excès de sélection.

C’est pourquoi, nous préconisons la réintégration des personnes transfusées au don du sang, et que leur éventuelle exclusion, si elle devait avoir lieu, ne devrait être que temporaire ; le temps de mettre au point des tests fiables et d’avoir un recul épidémiologique suffisant dès lors qu’un nouvel agent se transmettrait par voie sanguine.

 

Britanniques :

L’exclusion des ressortissants britanniques et de toute personne ayant séjournée dans ces territoires relève là aussi d’un excès de sélection.

Le risque de transmission du prion par voie sanguine a été démontré dans une expérience qui n’a rien à voir avec une vie normale ; qui plus est la mise au point de tests adéquat permettrait d’exclure les donneurs qui présenterait cet agent, et d’inclure ceux qui ne l’ont pas.

Nous attendons toujours les données que doivent nous fournir l’ANSM.

Tant qu’il ne nous aura pas été démontré sérieusement une majoration du risque, nous préconiserons la réintégration des britanniques au don de sang, ainsi que des ressortissants ayant séjournés.

 

Hémophiles :

L’exclusion des hémophiles a pour origine la pandémie liée au VIH, tout comme d’autres populations (Héroïnomanes, Haïtiens et Homosexuels) fortement impactées par ce virus au début des années 80.

Dans la mesure où les Hémophiles donnaient leur sang avant la pandémie du VIH, sans risque vis-à-vis d’eux même ou vis-à-vis des receveurs, nous prônons leur réintégration dans le circuit transfusionnel pour le don de sang total uniquement, les retours d’anticoagulants lors des aphérèses présentant un risque potentiel pour eux.

 

Personnes ayant eu un cancer :

Autant nous comprenons que les personnes malades, dont font partie les cancéreux, ne peuvent pas donner tant qu’elles ne sont pas guéries pour protéger leur santé, autant nous ne comprenons pas leur exclusion une fois la rémission atteinte.

Aucune explication médicale ou scientifique nous ayant été fournie jusqu’à présent, nous demanderons leur pleine réintégration dans le circuit transfusionnel jusqu’à ce que l’on nous prouve le bien-fondé de cette exclusion.

 

Personnes sous traitement hormonal :

Les personnes présentant un déficit hormonal, ayant un pic d’hormone (femmes parturientes) ou qui prennent des hormones sont exclues 6 mois après l’exposition aux hormones de synthèse ou au pic d’hormone naturelle.

Ayant été informé du risque tératogénique, nous comprenons et justifions l’exclusion de ces personnes.

 

Prise de substances psychoactives :

La prise de la plupart des substances psychoactives est évidemment un motif d’exclusion légitime pour nous, en revanche dès lors qu’une personne a arrêté sa prise de substance, occasionnelle ou dans le cadre d’une addiction, et que ce temps est suffisamment long pour avoir éliminé l’ensemble des métabolites, l’exclusion devrait cesser.

Quant au risque de transmission d’agents infectieux, tel le VIH, une exclusion de 4 mois après la dernière prise devrait suffire à garantir l’innocuité du don.

La seule raison qui pourrait justifier une exclusion définitive serait une détérioration irréversible de l’état de santé du donneur qui présenterait un risque pour les receveurs.

Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes partisans de la réintégration des personnes sevrées au don de sang sous toutes ses formes.

 

Fait à Toulouse, le 30 janvier 2021

       Le premier signataire,                                                     Le second signataire