Bienvenue

le . Publié dans Identité

Bienvenue sur le site officiel du collectif HOMODONNEUR : site d'information, site de recrutement, site d'actions !

Comme vous l'aurez compris, nous sommes une poignée de militants fermement déterminés à obtenir le don du sang pour tous aux mêmes conditions que les autres donneurs.

En effet, tout homme ayant eu une seule relation sexuelle avec un autre homme est définitivement blacklisté du don du sang, ce qui reste aberrant de nos jours au vu des connaissances scientifiques actuelles.

C'est ici, et nulle part ailleurs, que vous trouverez le plus grand nombre de données relatives au sujet qui nous intéresse.

Egalement, en complément de nos réunions in situ, cet espace est un lieu de travail pour les membres, pour le bureau.

Enfin, c'est l'outil indispensable dont nous avions besoin pour coordonner nos actions au niveau national.

N'hésitez pas à nous contater pour toutes remarques constructives ; l'échange permament avec les tiers est vital pour nous !

Et si vous vous sentez l'âme d'un militant passionné, prêt à surmonter avec nous tous les obstacles qui nous empêchent de sauver des vies : rejoignez-nous sans plus tarder.

Chaque bras compte !!!

Historique

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Identité

Le 21 juin 1983, en pleine épidémie de SIDA, les autorités sanitaires françaises décidèrent d’exclure du don du sang les Haïtiens, les Héroïnomanes, les Hémophiles et les Homosexuels.

A cette époque, les données scientifiques, médicales et épidémiologiques bien qu’incomplètes étaient suffisantes pour suspecter une transmission par le sang et les relations sexuelles, et donc d’exclure à juste titre ces « quatre  H ».

Sous l’effet d’une double médiatisation – celle des morts du SIDA et celle de l’affaire du sang contaminé, la question de la réintégration des Homosexuels au don du sang était impensable, tant le poids de l’émotion était important.

Ainsi, malgré l’arrivée des premiers tests HIV en transfusion fin 1985 et de la compréhension des moyens de transmissions (et, en creux, des moyens de s’en prémunir), toute forme de réflexion sur la sécurité transfusionnelle semblait vouée à l’échec, toute idée de revoir les critères de sélection des donneurs ne s’effectuait que dans un sens, celui de l’éviction de toute forme de risque.

Le don du sang pour tous, bien que non formulé de la sorte, fut défendu en premier lieu grâce aux actions d’Act’Up, de ProChoix et de SOS Homophobie en 2001, sans pour autant devenir une revendication du mouvement LGBT dans son ensemble, ni même avoir touché le reste de la population.

Ces campagnes menées eurent cependant le mérite d’inciter les personnes concernées à se manifester, et à agir de façon plus ou moins concertée et, au cours des années 2000, quelques donneurs exclus pour leurs relations homosexuelles se sont fait connaître et ont entamés des actions judiciaires et médiatiques.

D’autres enfin préférèrent l’action collective par la création d’association dédiée à cette cause, la première d’entre elles étant « Pourquoi Sang Priver ? » en 2008, suivi par la création du Collectif HOMODONNEUR en 2009.

Entre temps, Roselyne Bachelot, très clairement favorable au don du sang pour tous ouvrit le bal des Ministres incapables de transformer leurs convictions en actes, publiant en cela l’arrêté ministériel du 12 janvier 2009 confirmant l’interdiction aux Hommes ayant eu ou ayant des relations Sexuelles avec d’autres Hommes de donner leur sang, renonçant ainsi à sa parole.

Les actions associatives reprirent de plus belle, ce qui permit de mettre l’Etablissement Français du Sang sous pression et de pousser un responsable à commettre une lourde faute en communiquant, au sujet des homosexuels, que « l’anus n’est pas fait pour ça » (citation du Dr Calot, chef du service prélèvement à Toulouse, en janvier 2012).

Engagement de campagne de François Hollande, le don du sang pour tous devait devenir réalité dans les mois suivant son élection ; la Ministre de la Santé décida de saisir le Comité Consultatif National d’Ethique manière de faire durer le plaisir…puis convoqua une série de réunion entre toutes les parties concernées en 2015, pour s’achever le 4 novembre dernier sur une décision qui restera à tout jamais dans les annales – et en travers de notre gorge :

« Le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois »

Autant dire donner l’impression que l’on a fait un pas en avant alors que l’on maintient dans les faits l’interdiction ; le tout avec la bénédiction téléguidée de l’Inter LGBT et de la Fédé LGBT, trop heureuses de pouvoir trahir une revendication qu’elles n’ont jamais défendues.

C’était sans compter sur les internautes et les personnes concernées qui s’en sont donnés à cœur joie en ridiculisant le jour même Marisol, rebaptisée pour l’occasion Vilaine

N’en déplaise aux opposants du don du sang pour tous qui ont certes gagné une bataille, nous continuons le combat !