Pénuries et mauvaises foi

le . Publié dans Contributions

En tapant sur google* : « manque don su sang » ou « manque plasma » je trouve (au 07 Septembre) :
de Novembre 2011 http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/11/14/15794-manque-dons-sang-cri-dalarme-autorites
de Juillet 2014 http://www.20minutes.fr/societe/1418439-don-de-sang-appel-a-la-solidarite-car-manque-de-stocks-en-france
de Mai 2011 : http://www.sudouest.fr/2011/05/25/un-manque-enorme-de-sang-et-de-plasma-408357-773.php
Les pénuries de sang ne semblent donc ni dater d'hier ni être le fait du passé.

Dans le cas homosexuels, L'InVS se réfère à des sondages auprès des lieux de dragues parisiens pour donner un état des lieux de l'infection au VIH.
Par exemple, en  2011 (année de pénuries de don) l'adresse du dossier de presse de cet institut sur l'épidémiologie de l'infection à VIH http://www.invs.sante.fr/Espace-presse/Dossiers-de-presse/Dossier-de-presse-donnees-epidemiologiques-sur-l-infection-a-VIH-et-les-IST.-1er-decembre-2011 .
Les données son prisent au « Baromètre gay 2005 : enquête auprès des hommes fréquentant les lieux de rencontre gay franciliens. Bull Epidemiol Hebd  2006;25:178-80 ». Les objectifs associatifs  pour tester l'utilité de campagnes de préventions auprès des personnes prenant des risques ne sont pas généralisable à la population homosexuelle.
Cela n'empêche pas que ces enquêtes soient la base sur laquelle les pouvoirs publiques choisissent de maintenir l'exclusion des hommes ayant eu des relations sexuels avec des hommes.
Homodonneur ne veut que les conditions de don de sang soient allégées mais qu'elles s'inquiètent des comportements à risque plus que de leurs seules préférences.

Quand il était encore marié, DSK pouvait-il donner son sang ? Quatre mois de fidélités y auraient suffit.
Loin de moi l'idée de moraliser ou de priver qui que ce soit de ces petits plaisirs que peut offrir l'existence. Il ne faut pourtant pas être éligible à la direction du FMI pour ne pas vouloir faire courir de risques à ceux qui recevront nos dons.
Même à rester plus durement touché par l'infection au VIH que la population générale, les homosexuels devraient pouvoir donner leurs sang. Les personnes nées à l'étranger, notamment celles issues de populations d'Afrique sont plus durement touchées par l'infection que la population générales, elles peuvent actuellement donner leur sang au même titre que la population générale. C'est tout à fait normal puisque les progrès de la science nous permettent de sécuriser le don, ce qui n'était pas le cas lors de la mise en place de ses interdictions.

Le « principe de précaution » amenant les homosexuels à ne pas pouvoir donner leur sang est très hypocrite. Pourquoi les personnes ayant voyagé depuis moins d'un an dans un pays ou l'infection au VIH est très importante, peuvent-elles donner leur sang ? Si dans leur mauvaise foi les autorités de santés étaient cohérentes, cette interdiction irait de soit. Il n'en ai rien l'interdiction du don de sang par le seul fait d'être homosexuel, n'a rien de cohérent ni de scientifiquement pertinent.

Alexandre Ouinten